Si seulement la déclaration universelle des droits de l’homme était enseignée aux citoyens…

crédit photo: vivelasixiemerepublique.wordpress.com-

crédit photo: vivelasixiemerepublique.wordpress.com-

Ce 10 décembre 2014 ramène au 66ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme. Elle comporte (30) trente articles adoptés et proclamés par les Nations Unies le 10 décembre 1948.

Si l’on se tient cette Déclaration, le droit de l’homme se présente comme une règle morale sociale que chacun peut exiger dans un Etat de droit. Les citoyens, peu importe leur statut, possèdent un ensemble de droits qui garantissent leur bien-être et leur fonctionnement dans la société. Hormis le fait qu’ils soient reconnus, selon l’article I, comme naissant libres et égaux en dignité et en droit, l’article 25 donne à ceux-ci le droit qui leur confère une situation de vie commode, pour eux-mêmes et leurs familles, beaucoup d’autres droits énoncés pourraient contribuer, s’ils étaient respectés, à l’émanation des sociétés justes et équilibrées. Tel n’est pas le cas ! Manque de volonté ? Question d’intérêts et d’enjeux des pays les plus puissants et dominants de la planète? Question d’éducation citoyenne ?

A l’heure actuelle, si l’on porte les regards sur la situation mondiale des droits de l’homme, il est clair qu’il sera mention d’une méconnaissance certaine de la plupart des citoyens. C’est le cas d’Haïti, comme pays adhérent et signataire de la charte de l’ONU, ou certainement celui d’autres pays du Sud. Les gens ne connaissent pas les principes qui ressortent ces droits. Ou du moins, les gouvernements qui se succèdent n’ont pas pensé à les enseigner aux citoyens, contrairement à la recommandation faite aux Etats membres de rendre accessible le texte dans les écoles et autres établissements d’enseignement. Faute de moyens ou de volonté politique ? Ou la non implication de l’Organisation à ce niveau ?

Crédit photo: www.destockplus.com

Crédit photo: www.destockplus.com

Soixante-six 66 ans après, il revient à l’ONU de dresser son bilan, en termes de travail réalisé par rapport à ce qu’elle s’était fixée, depuis 1948. Il est judicieux de questionner son niveau de satisfaction à cet effet. Peut-elle s’enorgueillir d avoir aidé tous les pays membres, sans distinction aucune, à aller vers l’avant sur le respect des droits de l’homme ? Si l’ONU s’était donnée pour mission de : défendre, faire prévaloir et protéger les droits de l’homme de chaque individu, il y a alors lieu de dire haut et fort qu’elle est censée la rater. L’échec est partant. Il suffit de porter particulièrement ses regards sur les situations auxquelles les pays du Sud, pays dits pauvres, confrontent. Les citoyens continuent de piaffer dans la misère bien qu’on leur reconnaisse le droit à un niveau de vie suffisant pour assurer leur bien-être et celui de leur famille, selon l’article 25 de la charte de l’ONU. Ils continuent de mourir de faim, alors que d’autres pays dansent dans l’abondance. Les inégalités sociales ne cessent de prévaloir, sous les yeux de l’Organisation des Nations Unies, qui ne n’unissent pas vraiment pour combattre les disparités sociales prédominant sur la planète.

Aujourd’hui, il est important que l’ONU revoie sa mission réelle, les portées de ces véritables stratégies pour, d’une part, aider les Etats membres à permettre aux citoyens de connaitre mieux leurs droits, et d’autre part, les faire respecter convenablement. C’est alors que l’on agira sur les questions de discriminations, de préjugés de toutes sortes dont sont victimes les citoyens, dans leur vie sociale et politique. Enfin, que ces Etats membres reconnaissent principalement que la violation de ces droits conduit et accroit cette pathologie qui ronge plusieurs pays de la planète : la pauvreté !

Worlgenson NOEL

gensonoel@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
worlgenson
Worlgenson NOEL (République D'Haïti) Je fais des études en Communication et en Psychologie. En tant que citoyen du monde, je porte mon regard sur ce qui se passe dans mon pays et ailleurs.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *