Incroyable, mais vrai ! Eux, ils ont fait le tour du monde en 80 jours sans argent !

Crédit photo: Optimistic Traveler

Crédit photo: Optimistic Traveler

Dans un monde si capitalisé où les rapports entre les humains sont quasi-marchands, on n’imagine pas la réalisation d’un voyage autour du monde sans argent. Même ceux-là qui possèdent les plus grandes fortunes ne voyageront que si les retombées leur seront directement bénéfiques. Pourtant, Milan et Muammer sont arrivés à faire le difficilement imaginable. Sans argent, ils ont parcouru le monde entier en 80 jours. Un acte osé.

Désormais, le monde parlera de Milan Bihlmann et Muammer Yilmaz qui ont parcouru quatre (4) continents, 47.000 km et 19 pays. Leur histoire est unique. Ils sont partis à la découverte d’autres peuples, d’autres cultures avec d’autres visions du monde. Ces deux-là se sont fait rejoindre en cours de chemin par Joe Miller et Lofty Dibaoui. L’expérience n’a pas été des plus aisées. Il y a eu certainement des moments de déboires, mais surtout des moments de bonheur, de grandes et bonnes découvertes. Du plus simple citoyen aux autorités, ces voyageurs ont croisé différentes catégories de gens sur leur parcours. A chacune une manière de voir le monde avec des éléments culturels intrinsèques.

Poussés par la curiosité, ils n’ont pas eu peur de franchir les murs du « difficilement-imaginable » : « faire le tour du monde en 80 jours sans argent ». Inspirés de l’ouvrage de Jules Verne, Le tour du monde en quatre-vingt jours, ces voyageurs-aventuriers sont arrivés à faire ce que beaucoup d’autres rêvent de faire depuis des temps. En effet, Ils sont partis de l’Europe, le 9 septembre 2014, vers les 9hres,  pour explorer l’Asie, les Amériques, l’Afrique et  la traversée de l’Océanie.

Certes, ils sont loin d’être les premiers à faire le tour du monde, mais les seuls, jusqu’à date, qui  ont réussi à le faire sans une petite fortune. Sans le moindre sou, Milan et Muammer ont démontré’ l’inimaginable à leur manière. « Tous les jours, nous avions trouvés des gens qui nous donnent à manger et à boire. On n’a jamais dormi dans la rue », s’exclament-ils, soutenant que même leurs billets de transport (avion) ont été pris en compte par des individus qu’ils  ne connaissaient pas avant. Toutefois, ils reconnaissent qu’il était difficile en soi de faire le tour de  monde sans argent. Mais le risque était à prendre.

Loin de là l’objectif de prôner l’illusion d’une vie au monde sans l’argent. Mais, ces jeunes veulent montrer que ce dernier ne doit pas être le principal souci si l’on veut fraterniser. En ce sens, pour Muammer,l’un des artisans du projet, « Il faut donner la priorité aux humains, et non à l’argent ».

Crédit photo: Optimistic Traveler

Crédit photo: Optimistic Traveler

Partir à la Découverte

L’air satisfait, ce groupe de jeunes partisans du voyage considèrent l’expérience comme un tour d’apprentissage de la vie. Des gens les plus huppés aux plus humbles, tous avaient des choses à faire apprendre.

Par ailleurs, à en croire leurs propos, l’une des expériences les plus remarquables a été les visites en Iran et au Pakistan. Outre les préjugés dégagés sur l’ensemble des pays du moyen Orient, se présentait un problème de communication qu’ils ont tenté et réussi à résoudre par la magie du langage universel de  l’art. En offrant en spectacle leurs talents de jongleur et de magicien, Milan et Muammer sont parvenus à capter l’attention de leurs spectateurs, jusqu’à se faire prendre en charge par ceux-ci. Très audacieux ! Rien que la magie de l’art !

Description en bref

Désormais, le monde retiendra l’histoire de ce groupe de jeunes voyageurs bourrés de talents particuliers. D’une part, Milan Bihlmann, originaire de Berlin, a fait des études en commerce international. Il est un excellent jongleur qui enflamme le sourire des individus rencontrés sur son parcours. Muammer, Ilmaz, est lui-même originaire de Turquie, mais né en France. En plus  d’être photographe et réalisateur, il est un magicien qui émerveille le cœur des enfants notamment. D’autre part, l’américain Joe Miller qu’ils ont rencontré à Chicago est un grand artiste-peintre qui stupéfie l’imagination des gens par ses grandes touches artistiques. D’ailleurs, il en a fait la démonstration dans la crèche qu’il a visitée en Haïti, lors de son séjour. Alors que Lotfy Dibaoui âgé de 23 ans, le plus jeune d’entre eux, rencontré en France, se verse plutôt dans la vie associative.

Venir en Haïti, pourquoi ?

L’idée de venir en Haïti découle de la rencontre à Berlin en août 2014 avec l’allemand Michael Kaasch qui dirige une ONG en Haïti depuis près d’une trentaine d’années, Haïti care. Cet investisseur leur a présenté sa vision à travers son projet qui leur a inspiré le choix d’Haïti pour donner des fonds reçus de part et d’autre dans leur tour du monde.

C’est ainsi qu’au début de l’année 2015, « Optimistic traveler », le groupe qu’ils constituent, été reçu en Haïti par la courageuse femme, Natacha Marseille, qui dirige la Maison des Enfants du Village de l’Avenir (MEVA), ainsi que la crèche où cohabitent certains enfants fréquentant leur école. Cela leur a donné l’occasion de donner leur coup de pouce au travail déjà réalisé par Michael Kaasch. Ainsi sont-ils parvenus à réparer une partie d’un atelier de peinture, d’art plastique et de couture ; ont-ils introduit de nouvelles gammes de jeux de société ; ont-ils peint un château, et ont-ils appris aux enfants à jongler, sans compter les tours de magie.

A l’instar de Jules Verne qui a consacré un roman d’aventures parlant de ce grand exploit que l’humanité n’avait connu avant, ces voyageurs comptent faire éditer un ouvrage consacré à leur aventure truffées d’histoires époustouflantes qui sera édité en France au cours de cette année. Tous les bénéfices tirés de l’ouvrage seront portés au service du reste du monde dans le besoin, selon les propos de Muammer qui participait à l’émission kalfou présenté par l’animateur vedette Konpè Filo à Télé Guinen. Mais l’important reste pour eux le message qu’ils souhaitent faire passer, leur optimisme à changer le monde : la vision d’un monde de partage, d’amour et de paix.

Worlgenson NOEL

The following two tabs change content below.
worlgenson
Worlgenson NOEL (République D'Haïti) Je fais des études en Communication et en Psychologie. En tant que citoyen du monde, je porte mon regard sur ce qui se passe dans mon pays et ailleurs.

4 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *