Jean Claude Duvalier, le baby dictateur est décédé, comment va-t-on lui rendre hommage ?

L’ex président Jean-Claude Duvalier est décédé ce samedi 04 octobre 2014, suite à un arrêt cardiaque. La nouvelle est diffusée ce matin sur les ondes de certains médias de la capitale, ainsi que les réseaux sociaux. C’est arrivé chez lui.  La confirmation a été faite par le Ministre de la santé publique, Florence Guillaume Duperval, qui informe avoir été mise au courant de la détérioration de la santé de Baby Doc.  Mais pas jean-claude-duvalier-decede-comment va-t-on-lui rendre hommagegrand-chose ne pouvait être fait. C’est arrivé très vite.

Né en juillet 1951, il  est mort à l’âge de 63 ans, Jean Claude Duvalier vient de laisser des dossiers de justice qui lui reprochent sa mauvaise gestion de son administration des affaires de l’Etat. Il a aussi quitté derrière lui de nombreuses victimes de son régime qui soupirent depuis des années en  quête de justice. Pas mal de plaintes ont été portées par des victimes contre lui.

Jean Claude Duvalier est arrivé au pouvoir à l’âge de 19 ans, le 21 avril 1971, en remplacement de son père décédé, le docteur François Duvalier, dictateur aussi de son état. Surnommé « Baby Doc », Jean Claude a dirigé le pays jusqu’à sa chute le 06 février 1986, suites à de fortes mobilisations populaires contre lui. Il est parti en exil en Europe (France), où il a passé un quart de siècle (25 ans). Et il est revenu en Haïti, en janvier 2011.

Qu’on se le rappelle ! Pas mal des gens, notamment des jeunes avaient fait le déplacement pour aller accueillir l’ex-dictateur. Cette situation avait provoqué beaucoup de réactions auprès des observateurs qui pensent, pour la plupart d’entre eux, qu’il s’agissait d’ ‘une preuve d’ignorance de l’histoire du pays. C’était la preuve d’un déficit de mémoire sur le passé douloureux qu’a connu le pays dont il était accusé comme acteur.

« Qu’avez-vous fait de mon pays ? », telle a été cette fameuse question lancée au micro des journalistes en couverture de sa réapparition surprise. Il semblait s’adresser directement aux nouveaux dirigeants qui lui avaient succédé.

Mais nous nous interrogeons  à propos : comment lui rendre hommage ? Un président qui a bien dirigé son pays ? Un ex-dictateur qui a mal mené son pays, en laissant encore ses séquelles au sein de la société? Mérite-il des hommages de la nation ? A quel sentiment va-t-on chanter ses funérailles ? Comment les victimes vont-ils assister à son deuil ?

The following two tabs change content below.
worlgenson
Worlgenson NOEL (République D'Haïti) Je fais des études en Communication et en Psychologie. En tant que citoyen du monde, je porte mon regard sur ce qui se passe dans mon pays et ailleurs.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *